Pannel 1 [16x9]Au Belvédère du Château, l’école buissonnière a pris un peu de hauteur jeudi avec Fanny RUCHER (Term Photo) et Samuel BERTRAND (Term S).

Ce fut un beau moment d’émotion partagée entre nos deux étudiants du bout de monde et la quinzaine d’étudiants venus s’inspirer et se nourrir de leurs expériences australes de l'année scolaire 2011-2012.

So far away

La-bas, down under, ils nous ont emmenés loin.

Très loin

2012 12 down under et stages 0032012 12 down under et stages 002

Fanny a pris la poudre d’escampette neuf mois en Australie pour rejoindre une école de langue. Samuel, inscrit dans un lycée de garçons, a mis les voiles pour une année complète en Nouvelle Zélande

2012 12 down under et stages 012On ne pouvait rêver de plus belle école buissonnière avec Fanny et Samuel revenus passer leur Bac à Saint-Jo après avoir séché les cours du lycée pendant un an.

Wallaby et All Black

A l’heure où les marins du Vendée Globe naviguent en mer australe, on rêvait de partager les expériences océaniques de notre Wallaby photographe et notre All Black matheux.

Les deux globe-trotters et le blog-trotter étaient faits pour se rencontrer: ce fut chose faite lors de cette école buissonnière du jeudi 13 décembre devant les élèves, surtout des Terminales, particulièrement motivés et fascinés.

2012 12 down under et stages 017A les entendre à l'issue de la séance lors d'un petit débriefing final avec les plus mordus, ils ont vraiment savouré ces expériences d’une vie.

Merci à Samuel et à Fanny pour leur enthousiasme effervescent et pour le récit de cette émotion partagée.

MORCEAUX CHOISIS

Leçons de vie

A la question "Est-ce que là-bas, down under, vous vous êtes retrouvés sens dessus dessous?", Fanny n'a pas hésité:

"Oui, là-bas down under j'ai eu la tête à l'envers: j'ai goûté au sentiment de liberté et d'indépendance, j'ai douté et je me suis éclaté. J'ai surtout appris à me gérer lors de cette expérience surnaturelle.

Et Samuel de rajouter:

2012 12 down under et stages 015"Il m'a fallu une bonne semaine pour comprendre que mon aventure commençait et que mon rêve prenait forme. L'intégration a été rapide cer j'ai tout fait pour m'intégrer vite et surtout pour créer des liens."

La journée scolaire de Samuel

L'emploi du temps de la  High School affiche cinq heures de cours par jour de 9h à 15h30 avec une variété de matières allant jusqu'à la menuiserie ou la mécanique dans une ambiance sympa:

"On a vraiment envie d'aller en cours" conclut Samuel

Voyage et noces

Les prémisses de ce voyage au long cours ne sont pas une vaine chose.

Fanny sait qu'un tel voyage se prévoit très en amont car il faut tout gérer: motivation, inscriptions, visas, billets d'avion etc...:" Un voyage aussi lointain, c'est comme un mariage. Cela se prépare un an à l'avance"

2012 12 down under et stages 005

Mais Fanny, inscrite dans une école de langues, n'a pas eu besoin de wedding-planner. Elle a retrouvé sur place sa tante puis une famille d'accueil

Adaptation australienne: la condition sydney qua non

S'il n'a fallu qu'une semaine à Samuel pour prendre ses marques, l'adaptation de Fanny a été plus longue à se dessiner:

"J'ai dû m'adapter à la langue mais aussi à mon nouvel environnement. Ce n'est pas rien de passer de la campagne du Poitou-Charentes à une grande ville comme Sydney"

Au pays des kangourous, ilest bien évident que ce n'est jamais dans la poche

En V.O.

L'interlude en anglais de Samuel et Fanny a tourné autour de deux adjectifs quasi-identiques:

WONDERFUL, merveilleux, pour Fanny qui a su effacer les moments de doute pour retenir tout le positif de l'expérience faite de hauts et de bas, de moments de blues et d'euphorie

AWESOME, génial, pour Samuel enthousiamé par ses 12 mois passés à l'école de garçons, la Whangerei High School.

Katoa hi! Une vidéo très hakadémique

Le haka de la Whangerai High School, la vidéo du lycée ramenée par Samuel avec les différentes traductions
 
Hakka en Maori :

            Kaea Taringa Whakarongo. Ka rite, Ka rite, Kia mau !

            Katoa Hi !

            Kaea Ko te kura tenei, e ngunguru nei

            Katoa I aue aue aue ha. Hi !

            Kaea I a aha !

            Katoa Tenei matou, Te kura mo nga tama tane o Whangarei Terenga Pararoa E.

            Kaea ka whaiwhai, ka whaiwhai

            Katoa ki a piki atu matou ki te taumata o te matauranga e.

                        Ko te pangarau, putaio, hangarau, Nga Reo Marau a iwi, Nga Mahi toi e.

                        Ko enei nga oranga mo matou i roto i te Ao hurihuri e. Aue Aue Aue ha.

            Kaea Whakahokia

            Katoa Hi ! [Repeat to Aue aue aue ha ….]

            Katoa I aue aue aue ha. Hi !

 Signification (Anglais) : This is the school that achieves. I aue aue aue ha Hi! We are Whangarei Boys’ High school. We will fight to reach the peak of knowledge through Maths, science, Social Studies, health, languages, Geography and arts. These are the benefits for us in the modern world

            Aue Aue Aue ha. [Repeat]

  Signification (Français): C’est l’école qui réussit : I aue aue aue ha Hi ! Nous sommes Whangarei Boys’ High School. Nous allons nous battre pour atteindre le sommet de la connaissance à travers les maths, les sciences, les sciences humaines, la santé, les langues, la géographie et les arts. Ceci sont les bénéfices pour nous dans le monde moderne.

 

DSC08478Le sport: une vertu essentielle

Dans l'école de Samuel en Nouvelle Zélande, le sport est une valeur essentielle.

La preuve?

Plusieurs journées scolaires sont entièrement consacrées à des compétitions entre les élèves des différentes maisons portant chacune leurs propres couleurs.

Imaginez des Jeux Olympiques de Saint-Jo chaque mois opposant les concurrents des différentes "maisons" bressuiraises: la Futaie, La Roseraie, La Cédraie et l'Ouche avec homologation des records et grande journée de célébration et de remise de médailles aux grands vainqueurs..

On peut rêver à "Vive le sport" avec -suggestion du blogueur- l'athlétisme à Chachon et la natation dans l'Aquarium

Sam beretKiwis et escargots:

La question récurrente posée à notre bressuirais: "ça a quel goût les escargots" a fini par faire sortir Samuel le placide de sa coquille.

Pas question pour autant de croire que les kiwis néo-zélandais en bavaient d'envie!

Par contre, le béret "so French" méritait tout le respect de ses condisciples.

Surtout après la finale de la Coupe de monde de rugby où les All Blacks ont eu chaud, très chaud contre les coqs gaulois.

Le French flair: yeeees!

Les escargots: no way!

Le maillot de l'école

Respect de l'uniforme, sentiment d'appartenance et fierté de défendre les couleurs de son lycée sur les terrains de sport: le lycée néo-zélandais est bien loin de rejeter le sport de son emploi du temps scolaire.

Avec cette forte empreinte sportive, on se croirait dans "Les chariots de Feu" avec records de l'école, fierté de voir son nom sur les tablettes et futurs champions olympiques.

 

73479679_pAdaptation australienne: la condition sydney qua non

S'il n'a fallu qu'une semaine à Samuel pour prendre ses marques, l'adaptation de Fanny a été plus longue à se dessiner:

"Il a fallu que je m'adapte à la langue mais aussi à mon nouvel environnement. Ce n'est pas rien de passer de la campagne du Poitou-Charentes à une grande ville comme Sydney".

Et finalement, appareil-photo en bandoulière, le charme de Sydney opéra.

La preuve en image!

Nostalgie

2012 12 down under et stages 017 bisElle était de rigueur pour tous les deux en faisant défiler leurs images de plages de rêves ou de haka. Il y a même eu sanglots dans la voix de Fanny en retrouvant la "mamma' de sa famille hôtesse

Pour tous les deux, le rêve éveillé continue.

Just do it. Il fallait le faire.

Samuel et Fanny l'ont fait...

Alain CADU

A retrouver: le tag "Fanny Rucher" avec

  • "Retrouvailles en Sydneyrama sur Skype" 
  • "L'année australienne de Fanny"

http://stjobuissonnier.canalblog.com/tag/Fanny%20Rucher

A voir aussi: "Laurette, la Fove du bout du monde"

http://topla.canalblog.com/archives/2012/04/07/23952445.html